compte rendu (témoignage personnel) de notre visite à la cathédrale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

compte rendu (témoignage personnel) de notre visite à la cathédrale

Message par Alexandra de Moffarts le Dim 18 Oct - 21:39

Compte rendu (témoignage personnel) des éventements de dimanche matin, 11 octobre, à la cathédrale de Rue Daru

Le participants du congrès de l'ACER ont décidé, presque en unanimité, de se joindre à la délégation de l'ACER qui allait remettre en main la lettre du conseil de l 'ACER à Mgr Job, comme annoncé. Ils ont aussi décidé de participer à la divine liturgie à la Rue Daru et ensuite, attendre la sortie de l'archevêque devant la cathédrale. Nous avions décidé de l’accueillir en silence (à part la personne qui allait lui donner la lettre), mais les choses ont finalement pris un autre cours.
Nous étions déjà assez nombreux, plus de 50, à la liturgie (dans l'église et dehors) et puis d'autres sont venus après; nous étions entre 100 et 150 à la sortie de la liturgie.
Pendant la liturgie, nous avons remarqué qu'on nous avait repérés. Un petit groupe d'abord, et puis de plus en plus de jeunes hommes d'aspect rude, que je vais désigner par 'des gardes du corps', entraient (pas très loin dans l'église) et sortaient continuellement, fixant d'un air menaçant ceux d'entre nous restés dehors. Les premiers nous avaient repéré très vite et passaient des coups de fil, pour appeler du renfort, qui est donc venu au fur et à mesure. L'un d'entre nous, dans l'église, a vu que le prêtre Basile Sevciuk a passé des coups de fil (on suppose, du coup, qu'il est l'employeur de ces hommes). Leur groupe s'est grossi au fur et à mesure que la liturgie avançait. Au total, on a pu en dénombrer au moins 12. Comme ils étaient en civil, il est possible qu'ils étaient plus nombreux.
Certains d'entre nous se sont vus légèrement bousculés ou entourés dans l'église. On a interdit à quelqu'un d'entrer avec un sac à dos.
Quand la liturgie touchait à sa fin, le groupe de gardes du corps postés au dehors sont entrés dans l'église. Un groupe de gardes de corps, qui portaient des oreillettes, se sont postés autour de Cyril Sollogoub (le président de l'ACER) dans l'église; un autre groupe attendait dehors; d'autres jeunes hommes du même type gardaient toutes les sorties.
Ces hommes étaient, au moins en partie, des moldaves qui parlaient roumain entre eux, mais certains parlaient (aussi?) le russe ou l’ukrainien.
Puis, l'archevêque est sorti, entouré d'un groupe de 10 à 12 personnes (les film et les photos le montreront). Quand ils ont descendu les marches, Cyrille Sollogoub et Nathalie Victoroff ont essayé de s'approcher de l'archevêque avec sa lettre mais il a eu du mal à y arriver à cause des gardes. Mgr Job a dit: «Non, vous avez déjà ma réponse, je ne veux pas de votre lettre, puisque vous m'avez appelé menteur, je n'ai rien à discuter avec vous». L'archevêque et les gardes continuaient à avancer. Les gardes ont poussé légèrement les personnes qui étaient dans le chemin (entre l'église et la maison (moi, j'ai été bousculée aussi).
Finalement, l'archevêque a dit: 'Venez boire boire un café en haut'. Cette invitation a été répétée à voix haute par le secrétaire André Gutko. Nous avons décidé d'y aller tous – une partie de la foule, en tout cas, assez pour remplir la pièce du café à l'étage.
Le garde principal était à l'entrée en vérifiant les gens (il m'a bousculée, moi, je ne sais pas pour les autres; mais j'ai eu l'impression qu'il voulait m'intimider). Sont montés une cinquantaine de gens peut-être.
L'évêque était déjà assis en tête de la table et buvait déjà son café (dans une tasse plus grande que les autres, que son secrétaire a pris ensuite pour continuer à boire dedans), entouré de son secrétaire André Gudko à sa gauche et d'un jeune homme en costume à sa droite; plus deux dames plus âgées. Dans toute la pièce, il y avait des gardes de corps, mais d'autres gardes se sont rendus à la cuisine ou ils commentaient les événements. Les personnes autour de l'archevêque n'ont pas cessé de nous interrompre pour dire ou crier qu'on ne parle pas 'comme ça' à l'archevêque, que c'est une honte, que nous sommes de semeurs de trouble, que nous nous moquons de l'archevêque par des caricatures, et d'autres propos de ce style. Beaucoup de gestes et de rires moqueurs surtout de la part du secrétaire. Celui-ci parlait d'ailleurs à voix basse à l'archevêque dès que quelqu'un d'autre que lui prenait la parole (comme pour l'empêcher d'écouter vraiment et lui conseiller telle attitude, ou pour le calmer)
Un étrange dialogue s'est engagé entre nous, qui est difficile à résumer. L'idée principale, que l'archevêque a répétée plusieurs fois, était qu'il ne voulait pas dialoguer avec nous ou nous écouter, parce que nous lui avions manqué de respect en:
- ne pas avoir respecté l'ordre canonique et ne pas l'avoir invité au camp de l'ACER et au congrès. Le thème de l’ordre canonique, plus important de tout, revenait très souvent et était le thème principal du discours de Mgr Job.
- l'ayant traité de menteur (lui et le patriarche)
- publiant de calomnies sur lui sur internet
- l'ayant en général traité avec un irrespect total, ce qui contredit également l'ordre canonique.

D'autres thèmes adjacents ont été abordés:

- D'après Mgr Job, nous ne pouvions pas juger des décisions prises, car nous 'n'avions pas les dossiers'. On lui a dit que justement, ces dossiers nous intéressaient. Il a alors dit qu'il fallait s'adresser au Saint-Synode. Et que nous devrions faire une confiance absolue au Saint Synode, car c'est l'Esprit Saint qui agit par celui-ci et il ne peut pas se tromper.

- Le cas du p. Christophe D'Aloisio (dans le contexte des 'dossiers'; Mgr Job a plusieurs fois abordé le sujet lui-même, quand nous lui parlions des choses plus générales): Père Christophe aurait refusé de faire pénitence de tous ses fautes graves (la dernière fois, lors de la venue de Mgr Jean à Bruxelles, et c'était pour cela, d'après Mgr Job, que Mgr Jean était venu). A notre question de savoir en quoi le p. Christophe avait été fautif, il a dit que son dossier est rempli d'actes graves, inavouables (il a demandé, rhétoriquement, à Cyrille Sollogoub s'il aimerait, lui, faire une confession publique; à moi, il a dit: 'Demandez lui à lui même, il le sait très bien!'). Que, si nous voulons en savoir plus, nous devrions prendre audience avec le patriarche.
- Le thème de la voix des laïcs et de la liberté. La liberté, d'après Mgr Job, consiste dans le choix suivant: obéir à son prêtre et évêque, ou bien, partir hors de l’Église où personne ne nous retient. (Il me l'a dit personnellement en me regardant dans les yeux.) Il a aussi affirmé que l'ordre de l’Église est au dessus de tout: les laïcs doivent obéir au prêtre, les prêtres à l'évêque, et l'évêque au patriarche. (Par après, il a corrigé: au synode). Rien n'est plus haut que l'ordre canonique (textuellement). Le rôle de l’évêque, c'est de faire respecter l'ordre canonique duquel il est sujet également.
- Quand nous lui avons demandé si l’Évangile n'était pas plus important que l'ordre canonique, l'archevêque a parlé de l'amour, du repentir, de l'humilité et du pardon des ennemis – ce en quoi nous avons été fautifs d'après lui, et il nous a refait mot par mot le sermon qu'il avait fait en russe dans l'église sur ce sujet. Nous lui avons répondu qu'il n'est pas notre ennemi, mais notre archevêque, et que nous ne le détestons pas, mais que nous voulons le dialogue et ce qui est bien pour l’Église.
- Plusieurs fois, Mgr Job a dit que si nous voulions lui parler, nous devrions prendre une audience et/ou l'inviter.
- L'archevêque a dit une fois: «Toutes ces calomnies contre moi, je SAIS, moi, d'où elles viennent. ..» (il semblait vouloir dire que nous, également, nous le savions)

Pendant ce temps, aucun sourire, aucun mot bienveillant, conciliant ou pastoral n'est sorti de ses lèvres. De notre côté, certains ont parlé de réconciliation, de dialogue, de notre douleur face au déchirement du corps du Christ et de dépassement des conflits. Tous ont affirmé ne pas être auteurs des caricatures et certains ont voulu reconnaître que les sites internet ont parfois exagéré. Ces paroles n'ont pas été reçues, selon mon observation.

Les fidèles s'exprimaient vivement, avec leur cœur, car aucune discussion n'avait été préparée. Ils restaient respectueux tout en faisant des réflexions spontanées, ou en posant des questions directes.
Le ton de la discussion était assez fort. Plusieurs d'entre nous ont élevé la voix pour se faire entendre et quelquefois nous avons parlé en même temps, surtout après un court discours de Mgr Job où il nous disait que les canons sont au dessus de tout ou les autres choses énumérées plus haut.
L'archevêque était en colère, une fois ou deux sa voix a tremblé et il a même crié sur quelqu'un au fond, qui l'avait corrigé: 'vous n'avez pourtant pas les oreilles bouchées au coton' (l'expression exacte m’échappe - ajout: il a dit, en fait 'vous n'avez pourtant pas les portugaises ensablées'), mais il s'est retenu.

Vers la fin, une dame est venue devant (derrière l'archevêque) et a commencé à parler en russe. Je lui ai dit que nous ne comprenions pas le russe (ce qui était vrai pour une grande partie d'entre nous), et elle a crié, indignée: 'Si vous ne parlez même pas le russe, que cherchez-vous dans une église russe?' (l'archevêque n'a pas réagi). Elle nous a dit alors en français de quitter la pièce.

A la fin, l'archiprêtre Basile Sevciuc est également venu devant (derrière l'archevêque) et nous a enjoint de demander une audience une autre fois, et l'archevêque étant épuisé après la liturgie et on l'a déjà assez fatigué comme cela, et nous ne respections pas le protocole; les gens ont commencé à s'éloigner mais beaucoup traînaient, et du coup, les gardes se sont mis à bloquer l'accès à ceux qui voulaient encore s'en approcher, avec des gestes durs et presque violents. L'un d'eux faisait des gestes menaçants (avec ses mains).
Nous sommes sortis.
Voilà un premier compte rendu qui devra être complété par la suite.

Alexandra de Moffarts

Messages : 50
Date d'inscription : 18/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

video

Message par irene2701 le Dim 18 Oct - 23:19

On peut trouver un enregistrement video de cette rencontre en cherchant "Visite des fidèles chez l'archevêque Job Getcha" sur youtube.

Irène Mojaïsky

irene2701

Messages : 18
Date d'inscription : 18/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum