Son Eminence Job Getcha décrypté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Son Eminence Job Getcha décrypté

Message par clerc caché le Mar 20 Oct - 21:25

(Je suis désolé de ne pouvoir parler à visage découvert, mais je suis tenu au secret de mon identité par égard pour mes paroissiens. Si Mgr Job apprend que j'écris, il nous créera des ennuis à eux et à moi.)

Le 11 octobre, mgr Job était parfaitement préparé à recevoir ses ouailles et à les intimider.
Le principe utilisé par Mgr Job est celui de la langue de bois. C'est un vieux procédé, éprouvé par des générations de manipulateurs: on utilise des expressions quasiment inattaquables pour mettre ses adversaires en boîte.

Par exemple, cette histoire d'évêques "successeurs des apôtres". Ok, c'est vrai mais est-ce que cela fait des évêques les GENDARMES de l'Eglise?
Etre successeur des apôtres, cela veut dire suivre les apôtres dans leur bonté et leur générosité.
Les apôtres n'ont écrit AUCUN CANON. Ce sont des personnes qui voulaient user de l'autorité des apôtres qui ont écrits les canons apostoliques. Ces canons sont respectables et saints, mais dire qu'ils viennent des apôtres est une imposture, surtout pour quelqu'un qui est bardé de diplômes en théologie. Qui donc était le professeur de droit canon de l'élève Job Getcha?
Etre successeur des apôtres, cela signifie essayer d'agir comme on croit qu'ils auraient agi à notre place.
Est-ce que l'Apôtre de l'Amour, Saint-Jean, aurait condamné le p. Christophe sur base d'un mensonge aussi grossier que flagrant? C'est le métropolite grec qui a porté plainte en justice et c'est celui qui se défend qu'on fait passer pour un accusateur!
Est-ce que Saint-Pierre aurait refusé de signer les diplômes des étudiants de l'institut St-Serge alors qu'ils avaient réussi leurs examens académiques, de manière indépendante de toute intrigue entre leurs professeurs et l'archevêque-recteur?
Est-ce que Saint Paul aurait osé déclarer: "si vous ne me prévenez pas de tout ce que vous entreprenez (même des bons projets!), vous êtes HORS DE L'EGLISE!"?
Est-ce qu'un apôtre aurait fait appel à des gardes du corps pour aller rencontrer des fidèles brisés, attristés, choqués?
Que peut-il se passer dans la tête de quelqu'un qui considère qu'il est, lui personnellement, la mesure de l'appartenance d'autrui au corps du Christ?

Prenons un autre exemple.
A en croire l'archevêque Job de Telmessos, quand on ne sait pas de quoi se repentir, il faut se repentir quand même.
Comme prêtre, j'ai souvent affaire à des fidèles qui confessent qu'ils ne savent pas quoi confesser.
C'est très normal, et nous demandons dans la prière de Saint Ephrem "Donne-moi de voir mes fautes et de ne pas juger mon frère". Mais pourquoi l'archevêque a-t-il décidé que telle personne doit se repentir de tel acte? Ce n'est pas la même chose que l'humilité de nos paroissiens qui avouent avoir des difficultés à discerner leurs péchés et à trouver des mots pour les dire. Ce que l'archevêque demande des membres du Conseil diocésain, des prêtres qu'il réprimande, des professeurs de St-Serge, c'est qu'ils avouent les péchés que LUI a décidé qu'ils avaient commis. On est tout à fait dans les techniques des régimes communistes! Quand la torture est suffisante, toutes les victimes avouent tout ce qu'on veut. C'est ce qui est en train d'arriver, mais cela n'est plus supportable. Le repentir est un élan profond, qui vient du fond du coeur. J'ai eu la grâce de constater cela des dizaines ou des centaines de fois: pendant une confession, on peut voir Dieu à l'oeuvre chez le chrétien qui s'approche de l'Evangile et de la Croix. Pas toujours, mais parfois. Et dans ces cas-là, ce sont les fidèles repentis qui sont nos maîtres et qui nous enseignent ce qu'est le repentir. LE REPENTIR N'EST PAS UN ACTE D'OBEISSANCE A LA HIERARCHIE, MAIS C'EST L'ACTION DE L'ESPRIT SAINT DANS UN COEUR BRISE!

Encore un exemple (je pourrai continuer avec d'autres, si cela intéresse quelqu'un): Personne ne dénie à Mgr Job le droit et même le devoir de viser l'ordre ecclésial dans son diocèse, et personne ne prétend que l'archevêché ait été un lieu où ne régnait que la paix pendant les années qui ont précédé la soit-disant élection de l'archimandrite Job Getcha, mais pour ramener l'ordre LA FIN NE JUSTIFIE PAS LES MOYENS!
Tous les archevêques que j'ai connus ont cherché à rétablir l'ordre dans le diocèse. C'est normal. Mais on ne peut pas utiliser DES TECHNIQUES DE BOUCHER POUR AGIR PASTORALEMENT. La recherche de l'ordre ecclésial passe d'abord par la paix intérieure. Et là, je peux garantir que c'est un don de l'Esprit que notre pauvre archevêque n'a pas encore reçu. Prions pour qu'il le reçoive, alors seulement des multitudes autour de lui pourront trouver le chemin du Christ. Mais actuellement, ce qui se passe est affolant.

Pour terminer, je voudrais faire une proposition qui pourrait apparaître bizarre (en tout cas, elle n'est pas prévue par les canons):
Mgr Job,
Vous gagneriez toute notre confiance si vous demandiez à devenir archevêque auxiliaire de l'archevêché, et que Mgr Jean (Renneteau) devienne archevêque à votre place.
Mgr Jean pourrait être élevé au rang de Métropolite, afin que vous restiez archevêque, mais que l'ordre hiérarchique soit maintenu.
Etant plus âgé que vous, Mgr Jean pourrait vous enseigner par son expérience pastorale et vous préparer à l'épiscopat que vous assumez aujourd'hui de manière si déplacée.
Dans quelques années, vous ferez un bon évêque pour nous, mais aujourd'hui, j'ai l'impression d'avoir affaire à un incendiaire.

clerc caché

Messages : 17
Date d'inscription : 20/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Son Eminence Job Getcha décrypté

Message par Alexandra de Moffarts le Mar 20 Oct - 22:10

Je trouve le thème de la langue de bois très important pour comprendre ce qui nous arrive.
La soviétologue Françoise Thom explique dans son livre 'La langue de bois' que cette langue-là n'est pas faite seulement pour mentir ou anesthésier la pensée, mais qu'elle est aussi une arme d’oppression; une sorte de matraque. Ceux qui écrivaient 'Vive Camarade Staline' sur les murs des baraques du Goulag, ou 'Arbeit macht frei' dans les camps nazi, ne le faisaient pas dans le but de convaincre les détenus, mais de les assommer; de leur montrer qui est le plus fort: c'était celui qui avait la parole – une parole rigide, sans réplique.
Donc, camarades, 'Là où est l'évêque, là est l'église'; 'Respecter l'ordre canonique' 'Faire pénitence'.
Autant des mots et des phrases qui ont un sens, mais dans la forêt vivante que devrait être l’Église; et non pas en bûche coupée et rangée, prête pour le bûcher.

Je voudrais ajouter aux vôtres la question suivante: Les apôtres auraient-ils utilisé, le jour de Pentecôte, la langue de bois pour parler aux peuples?
(Il est vrai que certains les ont accusés d'avoir la gueule de bois ce jour-là. Mais la langue...)

Alexandra de Moffarts

Messages : 50
Date d'inscription : 18/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Son Eminence Job Getcha décrypté

Message par Niklhaussan le Mer 21 Oct - 10:47

Bravo pour cet exposé très clairvoyant concernant les techniques de manipulation des consciences, d'intimidation des personnes par l'éveil du sentiment de culpabilité. L'archevêque Job, depuis le début de son ministère, déploie et emploie ces stratégies, communes aux despotes des États totalitaires et aux gurus des sectes. Elles sont d'autant plus redoutables qu'elles utilisent des éléments de vérité afin de semer le doute dans les consciences. Jusqu'à paraître souple et libéral : "si vous n'êtes pas d'accord, vous pouvez aller ailleurs ; vous êtes libres !" dit-il... Libre de quoi ? De se soumettre ou de partir. Le formidable toupet dont il fait preuve montre son total irrespect pour des personnes qui sont des chrétiens, oints du Saint-Esprit, dont certains ont donné énormément de leur temps, de leur cœur, de leur argent, de leur vie (parfois depuis un plus grand nombre d'années que celui de l'âge de l'archevêque lui-même), pour l’Église et l'archevêché. Il affirme ainsi le dogme catholique-romain de l'infaillibilité papale sur sa personne et sur le Synode en ne remettant nullement en question le fait que, peut-être, il aurait fait des erreurs : sa voix est celle de l’Église, et l’Église, se limite à lui, ses pairs et le Synode. Les autres ont beau en être les pierres vivantes, les membres à part entière du corps de Christ, leur voix, leurs peurs, leur détresse, leur désarroi ne peut être ni pris en compte ni entendu : ils n'ont qu'à se soumettre à l'ordre canonique, et tout sera parfait, ou bien partir. Voici "l'ordre canonique" selon l'archevêque Job : les laïcs sont soumis aux prêtres et à l'évêque, les prêtres et les moines, à l'évêque, l'évêque au patriarche. Ainsi, la structure hiérarchique pyramidale romaine décriée depuis des siècles par les orthodoxes n'en est pas moins en usage dans l'orthodoxie, peut-être même davantage qu'à Rome aujourd'hui. Depuis qu'il s'est assis sur le trône de notre archevêque, Job Getcha ne cesse de prétendre respecter et faire respecter dans son diocèse cet "ordre canonique" dont les fruits sont visibles par tous aujourd'hui : divisions, troubles au sein des paroisses et des institutions de notre archevêché, défections de paroissiens, voire de membres du clergé (par exemple, Toulouse), désarroi d'une bonne partie du clergé qui n'ose encore s'exprimer - sinon, anonymement et c'est fort compréhensible -, proliférations de critiques acerbes sur Internet, caricatures et pamphlets envers l'archevêque Job. Si nos précédents archevêques n'ont pas toujours suscité l'entente de tous ou peuvent avoir été injustes, aucun d'eux n'a, à ma connaissance, engendré un tel déchaînement médiatique et de passions. Bien sûr, l'idée qu'il y soit pour quelque chose n'effleurerait même pas l'esprit de Job Getcha, tant il est assuré d'être dans son bon droit et d'agir dans l'intérêt de l’Église, que pourtant il brutalise et incendie. Le Christ lui-même hurle et pleure sous ses coups mais Job reste sourd et aveugle, tant il est occupé à frapper et à s'en défendre. Voici donc les fruits de "l'ordre canonique" appliqué par l'archevêque Job.

Celui-ci s'offusque d'être traité de menteur et, au lieu de s'en défendre et de démontrer qu'il n'en n'est pas un, se sert de cet argument pour continuer à refuser le dialogue et, ainsi, esquive une nouvelle fois les réponses aux questions de fond concernant ses décisions unilatérales et personnelles (prises sans même en informer les personnes concernées : voir, par exemple, les "libérations" des pères Jean Gueit et Johanes Johansen), son comportement outrancier (voir par exemple le témoignage du père Vladislav Trembovelski), ses mensonges et manipulations (voir, par exemple l'affaire du Tribunal ecclésiastique). L'ensemble des fidèles (laïcs et clergé confondus) qui s'interroge sur, ou qui est outré de ces faits ne demanderait pas mieux à ce que l'archevêque Job s'en explique et démontre ce qui y est faux, et demande pardon de ce qui y est vrai. Mais celui-ci s'en défend, en accusant les autres, et invoque son sacro-saint "ordre canonique", intérêt supérieur de l’Église devant qui tout genou fléchira et toute langue confessera que l'archevêque est Seigneur  (et avec lui le Saint-Synode et le Patriarche).

Et bien NON, Monsieur l'archevêque Job ! Nous ne pouvons nous contenter de raccourcis aussi rudimentaires, car nous sommes des chrétiens, attachés à l'archevêché dans lequel nous avons grandi, nous nous sommes mus, auquel nous avons donné de notre vie (et, pour certains, donné notre vie toute entière), de notre temps, de notre argent, de notre amour, de notre cœur ; parce que, surtout, nous sommes attachés à la personne vivante du Christ, notre seul et bon Pasteur, et donc, à la VÉRITÉ ! C'est seulement la vérité que nous réclamons, et la JUSTICE. Êtes-vous prêt à nous les rendre ? C'est pour vous la seule voie qui vous permettra de gagner le respect et la confiance du peuple de Dieu qui vous a été confié et duquel vous aurez à rendre compte devant notre Seigneur. Alors, tout ce que vous avez demandé qu'ils cessent (sites Internet, caricatures, pamphlets) cesseront d'eux-mêmes, car il ne plaît à personne de critiquer et de se moquer ainsi de son archevêque, qui devrait être pour chacun un exemple, l'icône du Christ, un père et un pasteur bienaimé : ainsi vous gagnerez le droit, à nouveau, d'être appelé "Monseigneur".

Nicolas Debard
(Ex-chef de chœur etc., ...)


Dernière édition par Niklhaussan le Mer 21 Oct - 19:51, édité 1 fois

Niklhaussan

Messages : 57
Date d'inscription : 19/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Son Eminence Job Getcha décrypté

Message par Invité le Mer 21 Oct - 11:22

Aujourd’hui, notre archevêché n’est plus qu’un régime autocratique. Car à cause de l’organe unique de pouvoir monocéphale, l’archevêque par sa seule personne est l’unique gouvernant qui prend seul les décisions, il détient le pouvoir du commandement et dispose du pouvoir de contrainte, ou pense avec le pouvoir de contrainte.!

Notre archevêché est une monocratie. les communiqués de l’archevêque sont rédigés directement par lui, à sa propre gloire. Force de constater que l’archevêque est égocentrique, avec un ego surdimensionné, il ramène tout à lui- même, il a une vision sans limite de lui-même, absence d’empathie pour les autres, il cherche à s'attirer les mérites de toute action, à supplanter et se focalise sur son propre intérêt, considère sa propre opinion comme la plus importante, il se voit comme la personne à suivre et à admirer.

L’archevêque est narcissique et cela se caractérise par un égocentrisme démesuré, un sentiment de supériorité personnel lié à des fantasmes de grandiosité, une recherche excessive d’admiration et une insensibilité aux sentiments et aux besoins d’autrui. Par son un comportement pervers, il commence toujours par séduire, puis modifie sa stratégie, pour finir toujours par disqualifier l’autre et le réduire à néant.

Méfions-nous de son apparence séduisante !

L’archevêque méprise, ne fréquente que ceux qui peuvent l'aider ou lui servir de marchepied dans sa soif d’amour de lui-même, de sa soif de pouvoir et de reconnaissance. Avec l’archevêque, tout est de la faute de l’autre, jamais de lui ! Il ne se remet jamais en cause. Le plus important est de comprendre que l’archevêque ne changera pas, ne changera jamais.

Vous ne pourrez jamais obtenir de lui une quelconque prise de conscience, des remords, des regrets, des excuses, du repentir.

Si par hasard, son discours le laisse à penser, ou son comportement ou ses agissements , attention il y a danger car il vous manipule.

L’archevêque se montre intransigeant et méprisant envers les communautés, à ce stade, ce n’est même plus ses communautés ou son archevêché. À cause de son attitude, à force d’exploiter et d’utiliser autrui pour arriver à ses propres fins, nous sommes plus ses communautés. Le point de non retour est aujourd’hui présent.

L’archevêque possède pas de personnalité propre, il possède des masques dont il change suivant les besoins, passant de séducteur paré de toutes les qualités, à celui de victime faible et innocente, ne gardant son véritable visage de démon que pour ses victimes.

L’archevêque ne supportent pas d’avoir tort, il est incapables de discussions ouvertes et constructives; il bafoue ouvertement ses victimes, n’hésitant pas à les dénigrer, à insulter autant que possible avec témoins, sinon il s’en prend avec subtilité, par allusions, tout aussi destructrices, mais invisibles aux regards non avertis.

L’archevêque est indigne de son poste, et nous le savons tous et toutes.

L’archevêque est un imposteur, et nous le savons tous et toutes.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Son Eminence Job Getcha décrypté

Message par clerc caché le Mer 21 Oct - 11:44

Père Roy Kenzo,
Vous semblez connaître Mgr Job personnellement, ce qui n'est pas le cas de la majorité d'entre nous.
Si en toute conscience pastorale, vous croyez réellement que Mgr Job ne peut pas s'amender et que cela n'est pas un problème de volonté de sa part, mais d'incapacité. Alors notre seul objectif doit être de faire comprendre cela au métropolite Emmanuel et au patriarche Bartholomaios.
Qu'on ait apprécié ou non que le père Job Getcha nous ait été imposé comme évêque, peu importe aujourd'hui.
Que l'assemblée élective du 1er novembre 2013 ait été équitable ou qu'elle ait été une tromperie, peu importe aujourd'hui. Nous nous déchirerions à vouloir nous entendre là dessus.
Mais ce qui est sûr, c'est que le Patriarche et le métropolite sont les seuls à pouvoir nous tirer de ce drame.
Beaucoup disent aujourd'hui que les évêques grecs veulent faire disparaître l'archevêché, certains disent que c'est pour plaire aux évêques russes... Peu importe: nous devons clamer haut et fort que nous voulons... EXISTER.
Et si ce cri vital ne se fait pas entendre très vite, c'est que nous ne sommes déjà plus vivants!
Ce n'est pas parce que nous disons vouloir vivre que nous sommes insoumis. Ce n'est pas irrespectueux de dire que la manière de vivre la foi orthodoxe dans l'Archevêché de la rue Daru est différente de la manière de vivre la foi orthodoxe à Moscou ou chez les Grecs. Nous n'avons aucune place ni chez les uns, ni chez les autres, mais personne n'a le droit de déclarer que nous n'avons pas de place dans la Maison du Père.

clerc caché

Messages : 17
Date d'inscription : 20/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Son Eminence Job Getcha décrypté

Message par Invité le Mer 21 Oct - 15:25

Père Clerc Caché,

Oui effectivement peu importe aujourd’hui “qu'on ait apprécié ou non que le père Job Getcha nous ait été imposé comme évêque” ou “que l'assemblée élective du 1er novembre 2013 ait été équitable ou qu'elle ait été une tromperie”, le Père Job Getcha avait la reconnaissance du clergé, et des communautés comme étant l’archevêque.

Aujourd’hui nous sommes insoumis, à cause et seulement à cause de lui, de son comportement, de ses agissements, de son incapacité à communiquer et de ce qui est le plus important: de sa “maltraitance” envers le clergé.

Mais nous ne sommes pas insoumis par plaisir, mais parce qu’il y a “maltraitance" de la part de l’archevêque.

Et aujourd’hui, parce qu’il y a “maltraitance”, le clergé communique et se réfugie derrière des pseudonymes stupides, sur les réseaux sociaux pour ne pas mourir spirituellement. Le clergé n’a absolument pas peur, il est juste prudent contre un archevêque et son pouvoir, qui n'a d'autre justification et légitimité que lui-même.

Et que la principale opposition de notre sauvegarde à ce pouvoir est notre anonymat.

Et ce n'est pas irrespectueux de vouloir vivre spirituellement !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Son Eminence Job Getcha décrypté

Message par clerc caché le Jeu 22 Oct - 20:58

A la demande de plusieurs amis, je continue mon décryptage des techniques de manipulation qu'utilise notre Archipasteur Mgr Job Getcha.

A quel titre parle-t-il aux fidèles venus le trouver?
Il leur ressasse son homélie (très peu charismatique d'ailleurs) sur l'amour des ennemis. Heureusement, un jeune garçon de l'assemblée le corrige avec courage en précisant que nous ne sommes pas ses ennemis, mais ses enfants! Mais la tactique de l'Archevêque est claire: nous mettre dans la position d'opposants à l'Evangile.
Mais nous ne sommes pas les opposants de l'Evangile, Mgr, nous sommes des opposants aux NEGATIONS DE L'EVANGILE que vous pratiquez depuis de trop longs mois.

Au début de l'entretien, Mgr Job déclarait "Si vous me traitez de menteur" "Si vous traitez le Patriarche de menteur"...
Dès le début, Mgr Job fait dire à ses "ennemis", d'une part des choses qu'ils n'ont pas dites (personne n'a traité le patriarche de menteur), et d'autre part il se prémunit contre toute critique au sujet de son défaut le plus manifeste, c'est-à-dire sa tendance au mensonge.

Donc, concernant le patriarche (que tous les fidèles, moi le premier, considèrent comme la seule personne susceptible de nous sortir de ce pétrin), Mgr Job le met tout de suite "dans son camp".

Et concernant la critique principale que les fidèles pouvaient éventuellement lui faire (les preuves à l'appui sont légion), Mgr Job y coupe court d'emblée. Si quelqu'un avait osé aller contre cela, Mgr Job aurait pu (malhonnêtement mais sûrement) le faire passer pour quelqu'un qui taxe le patriarche de menteur, alors que c'est l'archevêque qui ment. En se solidarisant du patriarche ou plutôt en solidarisant le patriarche de ses mensonges à lui (Job), l'archevêque a réussi à neutraliser ses enfants en détresse, ses "ennemis."

clerc caché

Messages : 17
Date d'inscription : 20/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Son Eminence Job Getcha décrypté

Message par Tamara Chirinsky le Jeu 22 Oct - 23:43

Si Monseigneur ne veut pas être traité de menteur, qu'il ne dise pas de contre-vérités , c'est très simple.
S'il ne cherche pas la guerre , qu'il ne s'entoure pas de gardes du corps .
S'il veut un consensus autour de sa personne, qu'il cesse de diviser et de soumettre les prêtres à des crises de conscience qui les déchirent . A ces prêtres, il doit aussi le respect , mais il préfère les isoler moralement . Mais un phare nous guide mieux lorsqu'il est isolé ; il n'a plus de raison d'être s'il se perd dans les lumières du monde ..

Tamara Chirinsky

Messages : 13
Date d'inscription : 22/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Son Eminence Job Getcha décrypté

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum